Return to site

Creative & Transformational Leadership

Wellness Leadership

S'aimer soi pour aimer l'autre pour la Saint-Valentin

J'aime beaucoup les écrits de Christin Neff, notamment "S'aimer", où elle parle de l'auto-compassion. Il s'agit d'être bienveillant avec soi, de s'aimer, de s'accepter tel que nous sommes avec nos qualités et faiblesses. Il y a 3 étapes principales :

1) ouvrir notre esprit, être à l'écoute de la petite voix, celle du jugement, d'auto-critique parce que "nous ne sommes pas arriver à obtenir de nouveaux clients", "nous manquons de contrat", "nous n'avons pas réussi tel projet", "nous faisons des erreurs" ... Neff, propose de repérer, de s'apercevoir que cette petite voix commence à sourdre. Puis de suspendre cette voix, sans jugement, en pleine conscience, laisser passer, lâcher-prise ...

2) la conséquence de cette petite voix de jugement, comme toujours est la souffrance. Nous souffrons, mais bien souvent, nous n'avons pas conscience de souffrir. Et nous continuons à nous accabler, à nous reprocher, culpabiliser, au lieu de repérer, dire notre souffrance, de la laisser "être là". Car, loin de nous tenir à l'écart des autres, cette souffrance nous rend humain, membre de la communauté des humains et nous rapproche des autres. C'est en fait, la souffrance qui nous lie et relie aux autres, car nous souffrons tous ou nous avons tous éprouvé la souffrance à un moment dans notre vie.

3) accueillir cette souffrance en pleine conscience, sans chercher à la faire disparaitre. Être conscient que l'on souffre, et l'accueillir sans s'accabler, ni se juger, c'est déjà la traiter. Ainsi, s'aimer, vouloir être bienveillant avec soi, avec ses erreurs, ses fautes, véritables ou imaginaires. C'est emprunter le chemin vers l'auto-compassion, s'aimer soi-même pour aimer l'autre.

En cette période de Saint-Valentin, je propose de commencer par aimer soi-même, vouloir s'aimer pour vouloir aimer l'autre.

Stéphane Krebs

Je souhaite vous partager cet article sur Greater Good Science de Berkeley

Nous savons que la Saint-Valentin est un jour férié, créé principalement pour la vente de cartes et de fleurs. Mais allons-nous laisser cela nous empêcher de célébrer et de comprendre l'amour? Pas sur ta vie.

C'est parce que l'amour fait tourner le monde, non seulement dans la chanson et le cinéma, mais aussi dans la science. Selon des psychologues comme Barbara Fredrickson, l'amour est l'émotion suprême, résultant de notre besoin évolutif de se connecter aux autres pour survivre. Bien sûr, comment Fredrickson définit l'amour n'est pas exactement romantique. Pour elle, l'amour implique:

Un partage d'une ou plusieurs émotions positives entre vous et un autre;
Une synchronie entre la biochimie et vos comportements et de l'autre personne;
Un motif réfléchi d'investir dans le bien-être de chacun qui apporte des soins mutuels.
Cette vision de l'amour ne se limite pas à la romance. De nombreuses études suggèrent que le sens des soins et la connexion qu'elle décrit méritent d'être cultivés à chaque moment et dans chaque domaine de votre vie, même avec des étrangers.

Si vous voulez développer votre capacité d'amour, il existe un certain nombre de moyens éprouvés par la recherche pour le faire.

Tout d'abord, réalisez les quiz (basés sur des instruments validés scientifiquement) que nous vous proposons ici sur le Grand Bien pour vous aider à comprendre où vous êtes fort et où vous pourriez avoir besoin d'amélioration pour cultiver l'amour à la maison et dans le monde. Puis, ci-dessous, essayez l'un des exercices de notre site Greater Good in Action. Beaucoup d'entre eux sont destinés à renforcer les liens avec un partenaire romantique, mais ils peuvent être appliqués à plusieurs types de relations.

Stéphane Krebs

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly